fbpx

Journal

Retrouvez nos actualités et notre vision bordelaise de la parfumerie confidentielle

Pour la première fois, le parfumeur crée des œuvres inspirées de souvenirs de concerts et de matières premières musicales découvertes dans les plus beaux ateliers de lutherie (cèdre de guitare flamenca, cuivre de trombone, cuir de kora…).

Point de départ sublime pour des musiciens virtuoses du monde entier qui en définissent la mélodie, en totale liberté.

Sentez la musique. Ecoutez votre fragrance.

L’Orchestre Parfum est une alchimie nouvelle où les matières se mélangent  et se subliment.
L’accord parfait entre musique et parfum.

Venez à la rencontre de Pierre GUGUEN créateur de la marque. Il vous fera vibrer au son des parfums.

Vous pourrez lui poser toutes les questions que vous souhaitez.

Rendez-vous Mardi 29/06 à 18h sur @laparfu…….

 

 

 

  De la nouveauté pour cet été 2021 si particulier

Nous commencerons par encore une incroyable création de Marc Antoine Coticchito avec le Parfum Mal-Aimé ou l’éloge aux mauvaise herbes .

Talus, flancs de montagnes, crevasses et terrains vagues. Vous les voyez partout. Ne les sentez nulle part. Aucun parfum ne les honore. Pourtant, elles embaument, ces herbes que l’on dit mauvaises parce qu’on ne les plante pas. Parce qu’elles poussent toutes seules, spontanées, insouciantes, vivaces, indomptables. Dédaignées des hommes, comme ces êtres à la marge, laissés-pour-compte qui voilent farouchement leur noblesse par pudeur, ou parce qu’ils ne demandent rien à personne… C’est pour rendre enfin justice à ces herbes folles bannies des flacons et des beaux quartiers que Marc-Antoine Corticchiato leur offre Mal-Aimé.

Fragrance iconoclaste parce qu’elle prend le contre-pied d’une parfumerie ne revendiquant que les matières nobles, Mal-Aimé s’inspire d’une plante commune à l’essence rare, car totalement inédite en parfumerie. L’inule odorante – Inula graveolens pour les botanistes – hérisse partout en Corse ses touffes de fleurs jaunes échevelées. Son huile essentielle, distillée à partir de plantes cueillies dans le maquis – et certifiée bio – représente pour le parfumeur un véritable trésor. Au fil des heures, cette essence vert émeraude déploie des facettes d’une folle générosité. Herbacée ? On s’en serait douté, étant donné la nature de la chose. Mais voilà que l’inule emprunte son parfum à la rose et sa douceur au miel. On la sent aussi solaire que la couleur de ses fleurs ? Elle se révèle aussi boisée, salée, musquée. Autour de cette belle et rebelle inconnue, c’est tout le cortège des mal-aimés – chardons, orties, ronces et racines – que Marc-Antoine Corticchiato convoque pour rendre hommage une fois de plus à sa Corse natale.

Déroutant, avant-gardiste, jamais senti… Naturellement noble. Forcément iconoclaste. Un parfum comme nul autre. Le mot du parfumeur : un parfum dédié à un complice du maquis et de la brousse « Mauvaises herbes : je pense que c’est une appellation injuste car elles sont souvent bienveillantes et peuvent posséder des vertus bénéfiques pour la santé, à l’image de l’inule ou de l’ortie. Je n’ai d’ailleurs jamais eu le cœur d’éliminer les plants d’inule sauvage qui poussent dans mon jardin au milieu du maquis. » Ce Mal-Aimé est un hommage à l’amitié.

L’essence utilisée par Marc-Antoine Corticchiato est distillée par Stéphane et Alexandre Acquarone, fils de Lucien Acquarone, «  mon complice de maquis et de brousse, de la Corse au Vietnam en passant par Madagascar et La Réunion », raconte le parfumeur. Ingénieur spécialisé dans la fabrication d’unités d’extractions de plantes, « Lucien était un magicien qui pouvait obtenir le meilleur de leurs parfums sans altérer leur senteur originale, toujours au plus proche de la nature. » Cet aventurier, « capable de partir du jour au lendemain à l’autre bout du monde pour un projet dingo » partageait avec Marc-Antoine Corticchiato, en plus de l’amour de la gastronomie, des vins et des plantes à parfums, une grande affection pour l’inule «  cette plante à la senteur si particulière, mais rejetée de tous. Durant de très nombreuses années nous l’évoquions souvent en nous disant qu’il fallait faire connaître le parfum de cette ‘mauvaise herbe’ à la personnalité si particulière. Mais il est parti trop tôt. » Mal-Aimé, parfum gorgé d’essence d’inule provenant des productions corses de ses fils, est donc « un clin d’œil à Lucien. Lucien qui de là-haut doit se marrer, coupe à la main, œil vert et pétillant. Vert comme l’essence d’inule et pétillant comme son champagne préféré. »

 

 

« Respirer l’éveil renaissant, c’est retrouver le doux parfum de ses premiers printemps. »

LA TRILOGIE DES SENTEURS HESPERIDE DE PIERRE GUILLAUME :

Il va utiliser une palette d’ingrédients qui renouvellent l’idée et le concept même de la fraicheur à travers la menthe poivrée et met en exergue un ingrédient particulièrement trendy de  2021,        la citronnelle sauvage.

  • SolSekia Le 07: l’inspiration est un jardin privé sur la riviera Maya, la douceur de l’oranger mexicain caressé par les vents marins, la fraicheur végétale de l’Aloé Vera rehaussée par les feuilles de piment. Ce parfum est décliné sous les hespéridés Bois, floral, musqué.
  • Grand siècle intense Le 07.1: l’inspiration pour cette réécriture 2021 ; Le duo classique Hespéridés-Vétiver, s’exprime à travers de nouvelles proportions. Dépourvus d’aromates, les agrumes rayonnent traversant de leurs subtiles nuances. Un voile d’iris et de miel cachant un fond chypré à la rondeur contemporaine.
  • Morning in Tipasa:  cette construction est dans la pure esthétique historique du style PG, appréciée pas les puristes de la maison. Ce parfume est décliné sous les hespéridés baumé aromatique .

 

 

 

 

 

Il est des parfums frais comme des chaires d’enfants. Doux comme les hautbois, verts comme les prairies. Et d’autres, corrompus, riches et triomphants, ayant l’expansion des choses infinies, comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens…

Les Fleurs du Mal (1857) de Charles Baudelaire